2018

Élémentaire, mon cher !

Londres se réveille. Dans la nuit, un tueur en série a frappé pour la troisième fois. Chaque victime a été tuée de façon différente. Seul point commun : un signe mystérieux peint en rouge sur les lieux des crimes. L’Inspecteur Lestrade et Scotland Yard n’ont aucune piste… De son côté, Sherlock Holmes souffre d’inactivité et d’ennui. Ni cette histoire de meurtres, ni le cas des bijoux volés pendant l’exposition « Splendeurs des Maharajahs » au British Museum ne lui suffisent comme distraction cérébrale. Bientôt le tueur frappe pour la quatrième fois et voilà que l’assassin tombe tout cuit entre les mains de l’Inspecteur Lestrade. Mais est-ce le vrai tueur ? Sherlock n’en est pas convaincu ! Car cette fois-ci, il n’y a aucun cadavre…

Distribution

Musique : Thierry Boulanger – Livret et paroles : Alyssa Landry
Chœur de Scène – Direction artistique et musicale: Didier Grojsman
Mise en scène : Jean-Michel Fournereau – Chorégraphie : Anne-Marie Gros – Scénographe : Antoine Milian – Costumes : Isabelle Pasquier – Lumières: Gilles Fournereau – Son : Laurent Dujarric
Piano : Bruno Perbost – Violon : Christophe Bruckert – Violoncelle: Florence Hennequin – Contrebasse : Benoît Dunoyer – Clarinette / Flûte : François Chambert – Cor : Eric Karcher – Percussions : Franck Steckar

Création

Théâtre Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois,
134 rue Anatole France – 93600 Aunay-sous-Bois
Représentations tout public :
Vendredi 5 et samedi 6 octobre 20h30 – Dimanche 7 octobre 16h
Représentations scolaires :
Mardi 9 et jeudi 11 octobre 14h15
Tournée en 2018/19

Note d’intention de l’auteure

Sherlock Holmes… rien que le nom nous plonge dans le Londres brumeux du 19ème siècle. On se retrouve projeté au cœur de la capitale de l’Empire Britannique avec ses rues pavées, son brouillard, et ses mystères que seul le plus grand détective du monde est capable d’élucider… J’avais 15 ans quand j’ai découvert les histoires de Sir Conan Doyle pour la première fois et je les ai dévorées. C’est toute la découverte de l’art de la déduction, le goût de l’aventure, la fascination pour l’exotisme et le plaisir d’une histoire policière bien ficelée que je souhaite partager avec les jeunes artistes du CRÉA et leur public, le tout ancré dans un contexte historique bien particulier, celui de la Grande Bretagne coloniale à l’ère victorienne. Les histoires de Sherlock Holmes sont souvent linéaires et suivent un schéma précis : meurtre, enquête, arrestation du coupable, explication… J’ai voulu rendre la narration plus contemporaine en ajoutant quelques revirements de situation et je me suis librement inspirée de deux histoires :  » Le Signe des Quatre « , dont l’intrigue s’appuie sur l’Inde coloniale, un trésor volé et un pacte secret entre quatre bagnards, et  » l’Entrepreneur de Norwood « , où l’inspecteur Lestrade de Scotland Yard et Sherlock Holmes ne sont pas d’accord sur la culpabilité d’un jeune notaire accusé de meurtre. C’est un beau défi que me propose le CRÉA et Didier Grojsman avec cette commande. Les dialogues doivent être crédibles, tout en s’adaptant au fait que les jeunes vont jouer des rôles d’adultes. Les paroles des chansons, dans la grande tradition des comédies musicales anglo-saxonnes, doivent faire avancer l’histoire. L’intrigue doit être complexe pour correspondre au goût plus sophistiqué des spectateurs modernes, et en même temps suffisamment limpide pour qu’un jeune public, ainsi que les artistes, puissent le comprendre. Le tout en restant fidèle à l’univers merveilleux de Sherlock avec son ingéniosité, son sens du déguisement, et ses méthodes d’investigation bien à lui. « The game is afoot ! » Une pipe, une loupe, un chapeau de chasseur et c’est parti !
Alyssa Landry